des vignes pourpres

des vignes pourpres Petit Basset griffon vendeen

Petit Basset griffon vendeen

PETITS BASSETS GRIFFONS VENDEENS DES VIGNES POURPRES

PETITS BASSETS GRIFFONS VENDEENS DES VIGNES POURPRES

24 heur


 



II y  plusieurs années de cela, alors que nous habitions temporairement dans un lotissement tout neuf, mon mari m'a appelée et m'a dit : "regarde qui est là ". Devant notre porte-fenêtre et dans notre minuscule jardin se tenait un petit chien à poils longs qui semblait très familier. Nous l'avons caressé, pensant qu'il appartenait à l'un de nos voisins.


Le lendemain, il était toujours là, nous avons joué avec lui, croyant toujours qu'il venait d'une des maisons toutes proches. Et les jours suivants, il était encore là...


 


Un beau jour, la Gendarmerie m'a  contactée à mon travail pour m'apprendre que les aboiements de mon chien gênaient le quartier... j'ai répondu que le chien ne m'appartenait pas mais que je voulais bien l'adopter s'il n'avait pas de maîtres.


 



Après contact avec la SPA, nous avons adopté le chien que personne ne réclamait. Nous l'avons emmené chez le vétérinaire qui nous a dit : "c'est un croisé griffon, il doit avoir 7 ans".


Nous avons vite adoré ce chien que nous avons nommé Titou. Il connaissait des tas de tours et avait vraisemblablement eu d'excellents maîtres avant nous.


Mais , un triste jour, Titou est parti comme il était venu. Nous l'avons cherché partout, nous avons mis des annonces mais hélas nous n'avons pas retrouvé sa trace.. peut-être avait-il décidé qu'il était temps d'aller retrouver ses vrais maîtres ?


Puis les années ont passé. Nous n'avons pas repris d'autre chien.


Puis, je me suis retrouvée seule avec mon fils. Il n'était pas question de prendre un animal car je travaillais toute la journée...


En 1997, étant devenue plus disponible, j'ai décidé d'avoir un chien. Je n'étais pas fixée sur la race. Après quelques essais infructueux avec la SPA, je suis tombée sur une annonce pour des chiots "croisés griffons".  Le mot "griffon" a fait tilt et dès le lendemain, j'avais mon premier chien !


un an plus tard, j'ai acheté une chienne petit basset griffon vendéen. Je n'avais dans la tête aucune idée d'élevage mais je me suis très vite passionnée pour la race...


Puis Olympe, ma chienne, a eu l'occasion de faire un brevet de chasse. J'ai décidé d'en avoir une deuxième et Provence est venue nous rejoindre en 1999.


Entretemps, et parce que je l'avais promis à l'éleveur de Provence, j'ai passé l'examen du permis de chasser alors que je n'étais absolument pas d'une famille de chasseurs. Cela a amusé les chasseurs du secteur qui s'attendaient à me voir lamentablement échouer. A l'examen, il n'y avait que cinq femmes et 165 hommes ! Or, voilà que j'ai été première sur 170 à l'examen avec un sans fautes ! Ce qui m'a bien surprise moi-même d'ailleurs.


Puis, il y a eu Starky, fils de Provence qui est resté à la maison, puis Timberley et Ukraine et maintenant Babylone et Boheme, la troisième génération...


Et j'ai recueilli Nixon et Peguy.


 


Les chiens vivent avec moi 24 heures sur 24. Je n'aime pas les chenils où les chiens sont enfermés à longueur de journée, ce qui est le cas pour bien des petits bassets appartenant à des chasseurs.


Je prends mon permis de chasser chaque année pour pouvoir sortir mes chiens et ils ont pu ainsi participer très honorablement à des brevets de chasse sur lapins.


Bien que la majorité de mes chiots partent en chiens de compagnie,, je tiens à conserver toutes les qualités de chasse de la race et ne ferai jamais reproduire un chien qui ne chasse pas ou mal.


Il est vrai que le petit basset est un chien passionné de chasse et jamais aussi heureux que lorsqu'il s'enfonce dans les ronciers mais trop souvent hélas les chasseurs leur offrent des conditions de vie à la limite du sordide, chenils pleins d'excréments, croquettes  bas de gamme, absence de soins et de caresses. Parmi les multiples constats de ce genre, je retiendrai le cas de Roméo, premier chiot né à la maison, que l'on a retrouvé dans un état misérable, sans poils, les coussinets en sang,  car il s'était frotté contre ce qui restait de sa niche jusqu'à se mettre la peau à vif, souffrant le martyre, dévoré de puces et de champignons et ceci dans une ferme près de Tournon chez des chasseurs de sangliers.


Actuellement, les jeunes mis à part, je n'ai que des adultes en cotation excellent ou recommandé. Nixon et Provence sont respectivement Elite A et B.


Par ailleurs, les trois générations de chiens présentes à la maison ont été testées par un expert en ophtalmologie vétérinaire et sont totalement exemptes de signes de maladies héréditaires oculaires canines.


Je pense que j'ai choisi la race qui me correspondait le plus, je n'aurais aucune envie d'en élever une autre.


Je regrette seulement que le petit basset griffon vendéen soit si mal connu alors qu'il a tellement de qualités .


 


Stanislawa Kawala


 


 


PHOTOGRAPHIE DAVID DALTON


 


 


 


 


Polytrans.fr